Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 08:30

 

DSCF0303

 

 

Je suis remplie d'un vide

un néant insupportable

Fruit d'erreurs passées

Moments instantanés

 

Siphonée par sa force, 

Vidée de sa substance

Je reste pantelante

A regarder l'abîme

 

Il me poursuit sans cesse

Depuis des millénaires

un horizon barrée

Par des barrières closes.

 

Une occasion manquée 

Un hasard insatisfait

Reste dans ma mémoire

Comme un coffre blindé

 

Illumination d'un jour

Il me reste que des cendres

Fulgurance fugace

Sombre incandescence

 

Un regard lumineux

Trop plein de plénitude

Disparu à jamais

Cadeau empoisonné

 

Des paroles magiques

A jamais évanouies

impression de vacuité

L'éternité vacille

 

 

 

Esclarmonde le 20/11/2011

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 08:30

   Pour le 59e salon d'écriture du Partage des mots, Andrée nous propose de composer un texte commençant par cet extrait de la chanson de Christophe "les mots bleus" : "Il est six heures au clocher de l'église".

 

 

 

 


1422345-tasse-de-caf--six-heures-3d

 

 

 

 

 

Il est six heures au clocher de l'église*

Encore toute une matinée exquise

Qui ne fait que commencer

 

Déguster tes tendres baisers

Et tes caresses doucement veloutées

Toute enfouie dans mon lit

 

Petit tour dans la boulangerie

Croissants chauds et pains exquis

Petit déjeuner du matin

 

Journée qui enfin nous appartient

Temps qui passe et qu'on retient

Horloge arrêtée sur six heures

 


 

 

Croissants Viennoises

 

 

 

* Extrait de la chanson de Christophe "les mots bleus"

 


Partager cet article
Repost0
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 09:00

  Cette semaine, pour le 58e salon d'écriture du forum du Partage des Mots, Andrée nous propose simplement un mot :

 

SI

 

Image-Chagall Fiddler

 

Peinture de Chagall

 

 

Et SI je n'étais pas partie

Et Si j'étais restée

A écouter SIdérée

Ce mystérieux violoneux 

 

Et SI j'avais écouté

Cette mélodie en SI

Au lieu de SIroter

La litanie de la raison

 

Et SI j'étais restée

Enivrée par cet air ensorcelé

Je serais encore avec toi

Musicien qui m'a donné le la.

 

j'aurais chanté à tes côtés

Dans la langue de SI

Celle qui donne à la musique

Son langage ausSI poétique

 

tu me jouerais du SIbélius

AinSI que Le chant des SIrènes

Et dans les rues de SIenne

je te ferais un SIgne

 

Pas de sauvage langueur

Mais un SI joli choeur

SI j'étais restée

Si je m'étais écoutée...

 

Violoneux disparu

De ma vie ainSI

Et SI je revenais là-bas ?

Et faire comme SI....

 

 

 

fiddler

Esclarmonde, le 7 novembre 2011


Partager cet article
Repost0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 09:00

 

grandes-marees-photos-ecume 240059

 

Je rêve de retrouver un jour 

Seule dans mon lit défait

Les inscriptions que j'ai tracé

Ecrites à l'encre de l'amour.

 

Marcher dans ce sable si fin

Sentir sur moi les embruns frais

Que j'ai cessé par dépit de humer

Ce jour d'étrange destin

 

Tu m'as quitté soudainement

Quand, sans m'avoir même salué,

Englué dans tes pensées

Tu m'as plongée en plein tourment

 

Je ne sais si tu es reparti te blottir

A l'ombre du château hanté

Ou retraversé la mer démontée

Pour retrouver un avenir

 

Empêtrée dans mes incertitudes

Naïade prête à se noyer

Je suis retrouvée pétrifiée

Dans cette terre de solitude

 

Bel amour à peine entrevu

Je ne sais ou te retrouver

Fichée par les gratte-papier 

Assignée dans ma petite rue

 

Entraînée par les nuages et le suroît

J'aimerais me laisser porter

Au pays des grandes marées

Qui me ramèneraient vers toi

 

grandes-marees-photos-ecume 240060

 

Esclarmonde, le 27/10/2011


Partager cet article
Repost0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 08:00

 

Pour le 56e salon d'écriture du Partage des mots, Andrée nous propose quelque chose d'un peu ardu mais passionnant : nous immiscer dans le poème de Paul Verlaine, "le ciel est par dessus le toi",  ne conserver que le dernier mot de chaque vers et de compléter ce qui pourrait précéder.

 

 

Voici l'original tout d'abord :

 

 

"Le ciel est par-dessus le toit,

Si bleu, si calme !

Un arbre par-dessus le toit berce sa palme.

La cloche dans le ciel qu'on voit, doucement tinte.

 

Un oiseau sur l'arbre qu'on voit

Chante sa plainte.

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là, simple et tranquille.

Cette paisible rumeur-là

Vient dans la ville.

 

- Qu'as-tu fait, ô toi que voilà

Pleurant sans cesse

Dis, qu'as-tu fait, toit que voilà,

De ta jeunesse ?"

 

Paul Verlaine

 

 

 

   Quant à moi, bien plus modestement (j'ai lu la belle version de Verlaine après avoir composé mon propre poème de peur de me sentir trop intimidée par la beauté de ces vers, j'ai eu raison !), voici ma création :

 

 

 

cocon-petite-forge-292461

 

 

Chambre sous le toit :

 

Chambre câline sous le toit

Bonheur absolu sous mon toit
L'harmonie, la tendresse et le calme
Amour tendre sous mon toit
D'or ce beau film aura la palme

Personne d'autre nous voit
Seul le carillon des fées tinte
Personne sauf le vent nous voit
De la forêt aucune plainte

Nous resterons toujours
Dans ma chambre tranquille
Nous séjournerons longuement
Très loin de la bruyante ville

Le tendre amour que voilà
Renouvelé sans cesse
le bel amour que voilà
Pour nous l'éternelle jeunesse

 

 

Esclarmonde, le 24/10/2011

 

 

 

348043462

 


Partager cet article
Repost0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 09:00

 

 

steak28lf3 jpg 625682artw

 

 

 

 

C'est souvent que les gens

Gourmands et carnivores

Me proposent aux repas

De la viande écarlate

 

Ils sont aussi souvent

allergiques aux herbivores

Et oublie comme plats

Tomates, poivrons et patates

 

Ils me louent innocents

Les vertus du steak tartare

Un oeuf cru tout gluant

Dans ce plat très barbare

 

Et moi qui suis ma fois 

allergique à tout cela

J'arrive à mordre dedans

Qu'avec force condiments

 

Ils constatent avec horreur

Que j'ajoute mayonnaise

De la sauce worcester 

Ou une sauce béarnaise

 

Pour me faire supporter

Ce goût d'hémoglobine

Je suis bien obligée

D'ajouter en sourdine

 

Quelque chose de sucré,

D'aimable et de parfumé

Pour noyer ce qui cloche

Dans le goût de la bidoche.

 

Ils me traitent d'extravagante :

"Ceci est un pèché !

Une viande bien saignante

Se mange sans rien ajouter !"

 

Les ayatollahs de la barbaque

M'ont toujours mis patraque

Moi qui mange des saucisses

Cuites jusqu'à ce qu'elles roussissent

 

Ou alors très anglaise

Ou peut-être irlandaise,

Je prépare soulagée

Une viande mijotée

 

Une goulash, un ragoût

Ou un bon Irish stew

Un excellent cassoulet

Ou une bonne potée.

 

Cuite jusqu'à tantôt

Dans un jus délicieux

Avec patates ou haricots

Un moment savoureux


 

 cassoulet

 

 

 Esclarmonde le 11/10/2011

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 08:46

  C'est mardi et c'est le jour où je publie ma p'tite création pour le forum du Partage des mots. Cette semaine, c'est le 54ème salon d'écriture et Andrée nous a proposé les consignes suivantes : d'être une feuille entre les mains de quelqu'un sans utiliser les mots feuille, main, écrire et toucher.


bookofkells-halfuncial

 

 

Vieille page parcheminée

Je retrouve mon aspect d'antan

Lorsque des doigts veloutés

Viennent me caresser

 

Un magicien hibernien

A cueilli dans la forêt

Des plantes ensorcelées

Pour faire l'encre des fées

 

Tracées sur le fin velin

Les lettres enluminées

Sont caresses langoureuses

Sur ce papier bien lissé

 

Les lettres amoureuses

Du sorcier polyglotte

Sont tracées avec tendresse

Avec l'encre enchanteresse

 

les paroles caressantes

Posées comme un antidote

Sur un papyrus assoiffé

Que l'encre vient étancher.

 

Et le scribe appose enfin

Sa troublante signature biffée

Une enluminure flamboyante

Que le temps ne pourra effacer

 

Il enroule avec langueur

Ce palimpseste revigoré

Au message longtemps effacé

Et de nouveau ravivé.

 

Et maintenant enrubanné

Ce message porté par la ferveur

Voit son éloquence aimante

Voguer vers l'élu de son coeur

 

 

 

 

book of kells

 

 

Ces pages sont du Livre de Kells, qui date du IXe siècle et est exposé au Musée National de Dublin. Il est considéré comme l'un des joyaux du patrimoine irlandais mais aussi européen.

 


 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 08:14

   Pour ce 53ème salon d'écriture du forum "Partage des mots", Andrée nous a proposé de nous inspirer du mot "son". Je me suis amusé avec les trois lettres d'un mot petit, certes, mais au sens très fort....

 

 

 

xfhqk4yv

 

 

Tu m'as donné un jour le grand frisSON

Toi, séduisant faydit* de CarcasSONne

Tu m'as joliment siffloté cette chanSON

Plus mélodieuse que celle du pinSON

Moi qui n'attendais plus perSONne

 

J'ai fait une étrange moisSON

Une récolte de petits poisSONs

Une dégustation de calisSONs

Douce folie, moment polisSON

 

C'est désormais la mélopée de mon EricsSON

Une chanSON nommée "Mrs RobinSON"....

 

 

* un faydit était un seigneur ou un chevalier languedocien qui s'étaient retrouvés dépossédes de leurs terres et de leurs fiefs à la suite de la croisade contre le catharisme.

 


Partager cet article
Repost0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 22:10

  Pour le 51ème salon du Partage des Mots, Andrée nous a proposé le titre d'un roman d'Anna Gavalda : "Ensemble, c'est tout.'

 

 

12ph8

A Foix (Ariège), octobre 2010

 

 

Réunification 

 


Campés chacun dans notre coin 

Comme des cerbères 

A l'entrée barricadée

 De nos communautés, 

A l'orée de nos identités 

Forgées par l'insécurité. 


Hommes contre femmes, 

Jeunes contre vieux, 

Homos contre hétéros, 

Cathos contre athées, 

Musulmans contre laïcards, 

De quoi faire de belles bagarres. 


Je lis sur internet,

cette merveilleuse invention, 

Que l'Italien est mafieux 

Le Grec dispendieux, 

Le Français arrogant, 

Et l'Allemand conquérant. 


Sans compter que le Rom, 

le Tchétchène et le marocain, 

le Malien et l'Afghan 

Font office de gros méchants. 

Dans l'agora médiatique, 

On s'insulte élégamment. 


En voyant nos aboiements, 

Nous roquets montrant nos crocs, 

C'est le pouvoir de l'argent 

Qui rit de nos divisions 

Ce sont nos gouvernants 

Qui sont les grands gagnants ! 


Et moi, je rêve le soir venu 

Qu'avec toi mon bel inconnu, 

De moi, plus jamais séparé, 

Nous descendrons dans la rue, 

Avec le peuple revigoré 

Crier en choeur, tous réunifiés : 


«ENSEMBLE C'EST TOUT ! »

 

 

 

 

g19 25590101

 

A Paris, octobre 2010

 


Partager cet article
Repost0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 09:46

   Pour cette cinquantième édition du salon du Partage des mots, on devait écrire un texte comprenant obligatoirement, dans un ordre choisi à l'avance une série de mots : "astuce, bague, raisin, appel, silex, berceau, histoire, bassin, vidéo et hébergement."

 

 

drapeau occitan 

 

 

J'ai trouvé une ASTUCE

Pour que tu me passes

la BAGUE au doigt

J'ai croqué dans cette grappe de RAISIN

Que tu m'a offerte en cadeau

Car j'ai répondu à ton APPEL

Celui de se fondre dans ton imaginaire

A l'orée de la grotte, nous taillerons le SILEX

Qui allumera un feu de joie,

Un bûcher qui serait cette fois un signe d'amour

En plein BERCEAU de la civilisation occitane

Avec une histoire qui commence à peine.

 

Nous surplombons le BASSIN Aquitain

Du haut de ces montagnes sacrées

Je regarde la VIDÉO de notre rencontre

Je rembobine constamment pour regarder à nouveau

Cet éternel été, HÉBERGEMENT de nos souvenirs secrets.

 

 

Esclarmonde le 14/09/2011

 

 

Montsegur

      Château de Montségur (Ariège)

Partager cet article
Repost0

A Propos De Moi

  • : L'univers d'Esclarmonde
  • : L'imaginaire et l'invisible sont aussi vrais que le réel et le visible...
  • Contact

Esclarmonde En Quelques Mots

  • l-univers-d-esclarmonde
  • Plutôt prairie que bitume, plutôt vieilles pierres que béton armé, plus poésie subtile que provoc' à bon marché, je regarde ce monde du haut de mon nid d'aigle avec le regard d'une enlumineuse convertie récemment au clavier électronique...
  • Plutôt prairie que bitume, plutôt vieilles pierres que béton armé, plus poésie subtile que provoc' à bon marché, je regarde ce monde du haut de mon nid d'aigle avec le regard d'une enlumineuse convertie récemment au clavier électronique...

Troubadours et menestrels



Recherche

Citation préférée

"On devrait tous être légèrement improbables."

Oscar Wilde

Archives

Texte Libre

Je participe aussi au forum d'écriture le Partage des mots :

 

2
Et également, jusqu'en avril 2012 :

Challenge-irlandais

Esclarmonde sur youtube

Retrouvez mon univers musical sur Youtube en cliquant ICI

Pensée du moment

 

"A une époque de matérialisme outré, de bêtise pontifiante et de diarhée verbale, lire un poème, c'est prendre un bain de propreté, de pureté."

 

Robert Sabatier