Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 17:00

   Pour le  47ème salon d'écriture du Partage des mots, Andrée nous propose d'écrire un texte avec au début et à la fin les extraits du livre de Sophie Loubière "L'enfant aux cailloux": 

"le jeu du vent et du soleil amusait les rideaux"

"le souffle du feu embrasait les ultimes brindilles".

 

 

 

 

02

 

 

 


   Le jeu du vent et du soleil amusait les rideaux.* Et je regardais du haut de 

mes sept ans le mistral poussant les nuages, le soleil disparaissant derrière eux 

puis réapparaissant dans tout son éclat ce qui changeait la tonalité vieux rose 

des rideaux qui étaient constamment secoués par la violence du vent. 


   On avait laissé certaines fenêtres ouvertes malgré ce vent car dehors, la 

chaleur était insupportable et la sécheresse de l'air rappelait le désert. Cette 

atmosphère que je trouvais angoissante allait me pousser plus tard à rechercher 

des lieux verdoyants et humides. 


   Cela faisait un mois qu'il n'avait pas plus et encore, cela n'avait été qu'un 

bref orage qui avait tracé des rigoles dans le sol et avait fait dévaler l'eau de 

pluie dans les rues sans résultat satisfaisant pour les plantes assoiffées. 


   Et en cette fin août, l'herbe était jaunie et rêche, les pins irradiaient la 

chaleur comme d'étranges radiateurs pourtant bien inutiles en cet été provençal 

et les cigales grésillaient de la joie de sentir cette atmosphère brûlante. Les 

volets des maisons demeuraient clos jusqu'au coucher du soleil. Je jouais à 

l'intérieur. 


Le vent, qui s'était levé dans l'après-midi, rendit l'air moins étouffant mais il 

allait aussi orchestrer une vraie tragédie. 


   A environ un kilomètre de ma maison, dans l'un des rares endroits encore 

sauvages de cette région, industrialisée de façon brutale en quelques années, se 

dressait une colline. C'était une colline très typique de la région avec ses beaux 

rochers blancs et ses étendues de garrigue et de pins d'Alep. 


  Vers six heures du soir, mon grand frère aperçut le premier un panache de 

fumée. C'était la colline qui prenait feu. Je regardais longuement par la fenêtre 

que l'on avait du fermer à cause de l'âcreté de la fumée qui arrivait jusqu'à 

chez nous. 


   Ce que je voyais était la destruction, la fin d'un oasis de sauvagerie au milieu 

d'une urbanisation anarchique, la fin aussi d'un monde pastoral et intemporel 

qui laissait place à ce que l'on appelait alors le progrès et ce que l'on 

appellerait plus tard la mondialisation... 


   J'assistais bientôt aux ballet des canadairs qui expulsaient de gigantesques 

quantités d'eau sur la colline mais le feu était plus puissant qu'eux. 


  Les buissons de chêne kermès et de genêts scorpions s'embrasèrent comme de 

l'amadou et les pins prirent feu comme de gigantesques allumettes. Bientôt, le 

souffle du feu embrasait les ultimes brindilles.* 

 

* Sophie Loubière

 

 

Esclarmonde, le 22/08/2011


Partager cet article

Repost 0
l-univers-d-esclarmonde - dans historiettes
commenter cet article

commentaires

tn pas cher 27/08/2011 11:38


gregh\\\\\\\


l-univers-d-esclarmonde 27/08/2011 18:35



?



les mots écrits de Jonas D. 24/08/2011 15:45


Beau texte de commande, brûlant d'un feu dévastateur autant que purificateur. J'ai envie d'eau, malgré l'orage, tes mots m'ont emporté. Merci. Bises.
Jonas


l-univers-d-esclarmonde 24/08/2011 21:32



Ce feu là je l'ai vu pour de vrai et d'autres car j'ai vécu jusqu'à mes 17 ans dans les Bouches-du-Rhône, ces feux-là ne sont plus guère purificateurs car trop nombreux, la nature a du mal à se
régénérer. Bises et bonne soirée


Esclarmonde



timilo 24/08/2011 06:25


Ces incendies d'été , chez moi quand ça brûle , c'est effrayant
Joliment tourné
Douce journée
Bisous
timilo


l-univers-d-esclarmonde 24/08/2011 08:34



La Catalogne nord c'est vrai, a une végétation méditerranéenne et il doit y avoir pas mal d'incendies, malheureusement ! Bisous et belle journée


Esclarmonde



Le Chaton 23/08/2011 22:27


Ton texte, superbement écrit, se lit avec plaisir même si la situation que tu décris est désolante. C'est du vécu ! A peu près chaque année les parents de miguelito ( dans le narbonnais ) assistent
à ce drame. Et la canicule que nous subissons laisse présager le pire... Bonne soirée Bises Le Chaton


l-univers-d-esclarmonde 24/08/2011 08:32



Je me suis inspirée d'un souvenir d'enfance (j'habitais dans le 13) pour écrire cette histoire, j'avais en effet assisté à l'incendie d'une colline en face de ma maison. Et le problème, c'est que
la multiplication des feux, loin de regénérer la nature l'appauvrit encore plus... Et la région de Marseille ressemble au Sahel maintenant. Bonne journée


Bises


Esclarmonde



Line 23/08/2011 18:05


cela me fait tellement de peine quand je lis, tu sais que chez moi , nous avons souvent des feux et quelle désolation sans compter la perte de vies humaines et les animaux.

J'ai les larmes aux yeux en écrivant

bisous


l-univers-d-esclarmonde 23/08/2011 21:56



J'ai entendu parler de plusieurs incendies en Corse dont celui de la Restonica il y a quelques années, une zone classée, dis moi je me trompe !... Désolant et c'est vrai que il y a de quoi avoir
les larmes aux yeux. Ce que j'ai écrit je l'ai réellement vécu lorsque j'avait sept ans et c'est assez traumatisant à cet age. Bisous et bonne soirée



A Propos De Moi

  • : L'univers d'Esclarmonde
  • L'univers d'Esclarmonde
  • : L'imaginaire et l'invisible sont aussi vrais que le réel et le visible...
  • Contact

Esclarmonde En Quelques Mots

  • l-univers-d-esclarmonde
  • Plutôt prairie que bitume, plutôt vieilles pierres que béton armé, plus poésie subtile que provoc' à bon marché, je regarde ce monde du haut de mon nid d'aigle avec le regard d'une enlumineuse convertie récemment au clavier électronique...
  • Plutôt prairie que bitume, plutôt vieilles pierres que béton armé, plus poésie subtile que provoc' à bon marché, je regarde ce monde du haut de mon nid d'aigle avec le regard d'une enlumineuse convertie récemment au clavier électronique...

Troubadours et menestrels



Recherche

Citation préférée

"On devrait tous être légèrement improbables."

Oscar Wilde

Archives

Texte Libre

Je participe aussi au forum d'écriture le Partage des mots :

 

2
Et également, jusqu'en avril 2012 :

Challenge-irlandais

Esclarmonde sur youtube

Retrouvez mon univers musical sur Youtube en cliquant ICI

Pensée du moment

 

"A une époque de matérialisme outré, de bêtise pontifiante et de diarhée verbale, lire un poème, c'est prendre un bain de propreté, de pureté."

 

Robert Sabatier